PANHARD & LEVASSOR

PANHARD & LEVASSOR

Vers 1800, le breton François René Panhard vint travailler à Paris comme sellier puis carrossier.

Son fils Adrien Panhard se lance dans la vente et la location de voitures hippomobiles.

En 1867, Jean-Louis Périn, fabriquant de machine à bois, cède à Louis François René Panhard, centralien, fils aîné de François René Panhard, la moitié de son affaire. Quelques mois plus tard, ils fondent Périn et Compagnie.

En automne 1872, Émile Levassor, condisciple centralien de René Panhard vient s’associer.

En 1873, les ateliers étant trop petits, la société devenue ‘Périn, Panhard et Compagnie’ achète par plusieurs adjudications de grands terrains situés 17 et 19 avenue d’Ivry et sur le boulevard Masséna. L’essentiel des 110 personnes que compte alors la Société déménage.

Après avoir importé des moteurs pour ses machines à bois, ‘Périn, Panhard et Compagnie’ les fabriquent sous licence Daimler.

En 1886, l’entreprise devient la société « Panhard & Levassor ».

De plus en plus, elle s’intéresse à l’automobile.

PANHARD & LEVASSOR  De nombreux inventeurs se sont livrés à de multiples expériences pour remplacer la force animale par la propulsion à l’aide d’un moteur mais c’est Panhard & Levassor qui a su faire passer la production expérimentale à la production industrielle.

  En 1891, sous l’impulsion d’Émile Levassor, les ateliers de l’avenue d’Ivry fabriquent une série de voitures sans chevaux, mues par un moteur, qui sont commercialisées ; l’industrie automobile mondiale est donc née, à Paris, dans le 13ème arrondissement. C’est de là aussi qu’est issu le premier catalogue et la première publicité.

En 1895 a lieu la première course automobile au monde : Paris Bordeaux et retour soit 1.200 Kilomètres.

Émile Levassor sur une Panhard & Levassor arrive le premier, très loin devant les autres concurrents. Il a effectué le parcours en 48 h et 48 mn. Cette course restera légendaire, au-delà de la résistance de l’homme et de la machine, elle a démontré la suprématie du moteur à pétrole sur le moteur à vapeur ou le moteur électrique. Ce fut un grand succès pour la maison Panhard & Levassor qui gagna ensuite de très nombreuses courses.

L’année suivante, en 1896, Émile Levassor, voulant éviter un chien a eu un grave accident lors de la course Paris Marseille.

En 1897, Émile Levassor décède très probablement des suites de cet accident.

En 1908, Louis François René Panhard décède.

En 1910, la firme Panhard s’intéresse aux moteurs sans soupapes.

PANHARD & LEVASSOR  Avec la guerre de 1914, Panhard & Levassor devenu, SAAE Panhard & Levassor après la mort de Levassor, s’intéresse au matériel militaire, activité qui a perduré puisque de nos jours, les armées possèdent du matériel Panhard & Levassor.

  En 1925, une 20 CV Sport de 4,8 litres conquiert le record du monde de l’heure avec une moyenne de 185,773.

  L’âge d’or des sans-soupapes a été sans aucun doute les prestigieuses « CS », « DS » et « Panoramiques » sans oublier l’étonnante Dynamic, voiture d’avant-garde s’il en fut, qui a été construite jusqu’en 1939.

  Panhard s’intéresse aussi aux utilitaires : camions, autocars, moteurs ferroviaires, etc... et même au gazogène.

Les conditions économiques de l’après-guerre contraignent Panhard à produire des voitures moyennes, plus légères.

Les moteurs sans-soupapes sont abandonnés car les moteurs classiques ont fait de grand de progrès.

En 1965, Le manque d’une gamme suffisamment étoffée et des moyens financiers limités font que Citroën absorbe la branche civile de la firme Panhard et il en arrête la production en 1967.

A partir de 1967, Panhard construit uniquement des véhicules militaires blindés.

En 1974, Michelin vend Citroën et Panhard à Peugeot.

En 1979, Peugeot désire ressusciter le nom de Panhard pour l’appliquer aux modèles de Chrysler-Europe, avant de choisir le nom de Talbot.

En 2005, PSA Peugeot-Citroën vend Panhard véhicules militaires la société à SNAA Auverland.

Actuellement, les véhicules militaires Panhard sont présents dans une quarantaine de pays.
Le site Panhard

Depuis 1997, le Club Automobile « Les Doyennes de Panhard et Levassor » regroupe les amateurs de Panhard et Levassor d’avant 1940.
Le site Les Doyennes de Panhard & Levassor

 

Une mosaïque de la première voiture à pétrole « Panhard & Levassor » est présente au 5-7 avenue de Choisy, Paris 13.

C’est un hommage à Louis François René Panhard (27/05/1841–16/07/1908) et à Emile Levassor (21/01/1843–14/04/1897).

Le 13ème arrondissement de Paris peut s’enorgueillir d’être le berceau de l’Industrie Automobile Mondiale.
Émile LEVASSOR (à gauche), René PANHARD (à droite)
Émile LEVASSOR (à gauche), René PANHARD (à droite)

 

Nous remercions la famille Panhard et le Club Automobile « Les Doyennes de Panhard et Levassor » d'avoir participé à l'élaboration de ce document.